[Serie + comic + game] The Walking Dead

Cinéma, littérature, musique, séries, actualités
Avatar de l’utilisateur
Snowcrash
Messages : 4272
Inscription : lun. 7 juil. 2008 13:32
Localisation : Dans la campagne jurassienne, mon gars !
Contact :

[Serie + comic + game] The Walking Dead

Messagepar Snowcrash » sam. 28 août 2010 14:10

Comme je pense que cette série mérite un topic à elle tout seule je copic/colle mon avis ici.
De plus on va pouvoir également parler de la série TV qui va sortir d'ici peu.

Le trailer est en bas de page !

Image

Allez comme ce topic n’est pas le plus populaire en culture générale (ben oui, bande de geeks, vous préférez le manga, espèce d’impurs ;)

J’en profite pour présenter une BD, oups non, pas une BD mais un comic américain. Oulà me direz-vous, encore un truc de super-héros qui sauvent le monde. Hola, mon ami, je t’arrête tout de suite, les super-héros c’est bien joli mais au bout d’un moment ça devient lassant (excepté peut-être Watchmen et Dark Knight). Bref la question n’est pas là. Passons à notre comic.

J’ai cité The Walking Dead, série de comics américain en noir et blanc, publiée par Image Comics depuis 2003. Elle fut créée par Robert Kirkman (scénariste) et Tony Moore (dessinateur). Ce comic narre les péripéties d’un groupe de personnes essayant de survivre dans un monde peuplé de zombies.

Synospsis

L’histoire de The Walking Dead se déroule aux USA où les morts reviennent à la vie. L’origine du phénomène reste encore inconnu à ce jour. Rick Grimes, le héros, tente tant que bien mal de faire survivre son groupe de survivants dans ce monde hostile, cherchant le refuge idéal, l’endroit qu’ils pourront appeler « Maison ». Au fur et à mesure que la série avance les personnages vont évoluer, progresser ; certaines affinités vont alors se créer ainsi que certaines tensions.

L’avis du Snow

Que dire sur cette série culte ?
Vous aimez les films « réalistes » de zombies tels que 28 jours plus tard ou L’armée des morts ?
Et bien The Walkind Dead, c’est encore mieux. Tout simplement parce que ça dure plus longtemps. C’est bête à dire mais c’est sans doute l’argument principal. Oui car dans les films, vous n’avez qu’un faible aperçu du parcours d’un groupe de survivants. Le film durant 1h30, on a le classique schéma : infection --> formation d’un groupe de survivants --> massacre de zombie et bouffage de survivants tout en essayant de trouver le meilleur endroit possible pour survivre --> fin souvent en queue de poisson (mort du héros ou fin du monde)
The walking Dead suit le même schéma, d’ailleurs le début est un gros clin d’œil à 28 jours plus tard car le héros se réveille du coma dans un hôpital (après s’être pris une balle lorsqu’il patrouillait, il est flic) et découvre un monde ravagé.
Mais la grosse différence, c’est qu’il n’y pas de fin (pour le moment), les auteurs en sont déjà à 10 tomes, et d’après une interview du scénariste, sa série est prévu pour durer. Et c’est tant mieux. Cette longueur lui permet énormément de choses d’un point de vue scénaristique et psychologique. Il a su nous créer un groupe de survivants super complexe et finalement les zombies ne sont que la trame de fond du récit : ceux-ci ne sont qu’un danger latent (lent et tuable facilement mais trèèèèèès nombreux). Le lecteur s’intéresse bien plus aux relations au sein du groupe qui peuvent virer du très joyeux au très dramatique. D’ailleurs l’auteur n’hésite pas à faire mourir plusieurs des ces personnages.

A titre de comparaison : pour ceux qui ont lu le trône de fer par rapport aux mort de personnages principaux, et ben The walking dead, c’est exactement la même chose mais en BD ;)
À la façon des séries TV américaines, les auteurs s’y connaissent en cliffhanger de fin de tome. À la fin de certains tomes, vous ne pouvez qu’insulter les scénaristes (Dexter final saison 4 même combat).

Je vais aborder le côté graphique : c’est du noir et blanc et ça colle parfaitement au récit. Une petite déception de ma part : le dessinateur Tony Moore a quitté l’aventure dès la fin du premier tome et c’est bien dommage car son remplaçant, Adlard, bien que doué, n’est pas à son niveau. Mais bon il vaut mieux ça plutôt que d’avoir quitté la série en plein milieu, le changement n’aurait été que plus rude. Cependant les couvertures sont toujours dessinés par le premier dessinateur.

Bref The Walking Dead, c’est du bon, du très adulte, de l’ultra-addictif : mangez-en !

Et je vous garanti que vous ne serez pas déçu.

Image

PS: Il y a peu de récits BD de zombies. Oh il y a bien le manga High School of the Dead, mais c’est très en deçà de Walking Dead, le côté harem et eichii est vite insupportable.

PS2 : apparemment je viens d'apprendre que cette BD serait adaptée en série TV. Je en sais pas si je dois me réjouir ou pas. La BD comportant des scènes d'anthologie, je ne sais pas si les scénaristes sauront les retranscrire et surtout auront les couilles de mettre en scène certaines mort de personnages. Mais bon il faut avouer que cette BD a un très fort potentiel donc on peut être surpris.


Et voilà donc le trailer de la série qui va sortir sur la chaine AMC.
Dernière édition par Snowcrash le mer. 10 nov. 2010 09:30, édité 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
Snowcrash
Messages : 4272
Inscription : lun. 7 juil. 2008 13:32
Localisation : Dans la campagne jurassienne, mon gars !
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Snowcrash » sam. 4 sept. 2010 13:13

Voilà une excellente chronique du blog Le comptoir de la BD (il faut que j'arrive à convertir tous ces païens ne jurant que par le manga ><)


Spoil : Afficher
The Walking Dead, anatomie d’une oeuvre clé

Image

Depuis que j’ai lancé ce blog, une série horrifique américaine revient de manière cyclique dans mon radar, poussée par des lecteurs passionnés. Il s’agit de The Walking Dead du scénariste Robert Kirkman et du dessinateur Tony Moore (remplacé assez rapidement par Charlie Adlard). Il s’agit d’une série au long cours, débutée en 2002 et qui se poursuit encore aujourd’hui. Chaque chapitre de 24 planches, à l’instar d’un manga, se dévore à vitesse grand V, même si les auteurs tentent souvent de retenir les lecteurs par des dialogues à rallonge. The Walking Dead fait ces jours-ci l’objet d’une adaptation en série télé très attendue des fans et amateurs du genre outre-Atlantique, dont je vous montrais justement la bande-annonce dans un précédent billet.

Alors de quoi ça parle ?

The Walking Dead (TWD) raconte le quotidien d’une bande de survivants dans un monde où la plupart des humains se sont transformés en zombies. Oui, présenté comme ça, ça n’a pas l’air d’une folle originalité. L’histoire est centrée sur Rick, marshall qui commence par se prendre une balle dans le buffet en ouverture de la série, alors que le monde est encore normal, tombe dans le coma et à son réveil découvre ses administrés changés en déliquescents morts-vivants. Grâce aux informations d’un autre survivant, Duane, Rick part du coté d’Atlanta à la recherche de sa femme, Lori, et de son fils, Carl. Suivant les consignes des autorités, les citoyens de son état ont été invités par les autorités à se réunir pour contenir la propagation. Car l’état de zombie est contagieux, entendez que tous ceux qui meurent (c’est une étape préalable indispensable dans tout bon manuel du zombie) se transforment inexorablement en mangeur de viande humaine crue, adoptant la démarche raide et mécanique de rigueur et abaissant leur intelligence au niveau de celle d’un poulpe enrhumé. Mais attention, comme on le découvre au fil de l’histoire, les zombies sont sensibles à tout un tas de stimuli (bruit, odeur, vue) et sont capables de chasser l’humain en meute (herd comme ils disent en VO, c’est-à-dire en troupeau). Pour s’en sortir, Rick et ses compagnons d’infortune disposent des considérables réserves de l’Amérique, médicaments, conserves, vêtements, armes de toutes natures et doivent faire preuve de pugnacité, de malignité et d’un gros réservoir de rage de vivre…

Image

Attention, certains exemples qui suivent révèlent des points clé de l’histoire

Classique et efficace

Comme souvent, si la trame d’une histoire peut paraître bateau et très prévisible, c’est bien souvent le sérieux et l’application dans le traitement qui font toute la différence. The Walking Dead est bien sûr avant tout un formidable hommage aux films d’horreur, ceux de George A. Romero en premier lieu, mais développé de manière littérale, c’est-à-dire qu’à la différence de Romero, il ne s’agit pas de dénoncer tel ou tel travers de la société américaine mais plutôt de s’inscrire dans une fiction d’anticipation horrifique, un “what if” dont on va consciencieusement dévider la pelote narrative en s’efforçant d’être le plus plausible et donc le plus crédible possible, ce qui est un ressort et une marque de fabrique notamment de Stephen King. Dans ce sens, The Walking Dead est beaucoup plus proche de The Stand (Le Fléau) ou du plus récent Cell (Cellular) que de Roméro.

TWD applique une règle propre au récit d’horreur : le mal peut frapper à tout moment et n’importe quel personnage dans la minute qui suit. L’imprévisibilité de l’histoire participe beaucoup à son attraction, notamment la disparition soudaine et brutale des personnages auxquels on a eu le temps de s’attacher tout autant que l’injustice de voir décimées des victimes innocentes, enfants voire nourrissons. On a même l’occasion de voir certains personnages se faire mordre et agoniser, sans espoir de guérison ou de rémission, jusqu’à leur inévitable transformation…

Du bon emploi du zombie

Mettre en scène des zombies est une parfaite occasion de montrer comment des gens normaux peuvent être profondément changés dans une situation extrême. L’idée de base c’est : si vous ne faites vraiment pas attention en marchant à coté du précipice, vous irez rejoindre les créatures monstrueuses qui vous y tendent les bras et qui en plus vous ressemblent. C’est une idée très habile de mettre quelqu’un littéralement face à ses démons. Par ailleurs, c’est un ressort émotivement très efficace quand le zombie qui veut vous croquer le mollet est un proche, ami, parent, enfant… Ainsi, dans TWD, plusieurs personnages protègent ou gardent à proximité des membres de leur famille zombifiée, le plus souvent dans l’espoir insensé de les guérir dans un hypothétique futur. Le salaud le plus terrible de l’histoire (jusqu’à présent), le Gouvernor, garde par exemple sa petite fille dans son appartement, enchaînée, et la nourrit de morceaux d’êtres humains frais qu’il a pris soin d’exécuter lui-même.

L’une des très bonnes idées de TWD, c’est de montrer que les vivants sont tous promis à être des zombies. Cela veut dire qu’en réalité, ce ne sont pas les zombies qui sont contagieux, mais tous les humains qui sont porteurs et déclenchent l’état de zombie dès qu’ils meurent. Ce qui veut dire qu’aucune communauté, aussi hermétique et retranchée soit-elle, n’est pas à l’abri d’une menace intérieure. Il suffit qu’un de ses membres meurt de mort naturelle ou par accident et que personne ne s’en rende compte avant qu’il ne soit trop tard. Le nouveau zombie aura le temps de faire de nouvelles victimes qui viendront rapidement grossir son contingent et l’aideront à exterminer les derniers humains sains. A de nombreuses reprises c’est ce que l’on comprend face à des charniers ou à des zones qu’on aurait pu croire sauves car protégées…

Enfin, en 8 ans, les auteurs ont résisté à la tentation de donner une explication à toute cette situation. Pas d’explications alambiquées sur un virus mutant, pas de fléau biblique, pas d’arme bactériologique, pas de darwinisme de l’extermination… C’est comme ça, il y avait la vie d’avant, en pleine ère Bush (n’oublions pas que TWD a débuté l’année suivant les attentats du 11 septembre), et il y a désormais la vie d’après, ou plutôt la “survie” d’après. Ne pas savoir où vont les auteurs avec toute cette histoire joue sans conteste dans l’intérêt qui perdure année après année.

Image

Le monstre n’est pas celui que l’on croit

Tout au long de la série, les héros croisent ou constituent des communautés qui mettent à mal les fonctionnements d’une société dite démocratique. Les règles de justice volent en éclats, sont ébranlées, la condamnation à mort est globalement à la tête du client (sinon le propre fils de Rick aurait déjà été plusieurs fois passé par les armes, tout comme son père). Comme on est en droit de s’y attendre, on passe en revue des situations extrêmes, soit parce qu’elles arrivent aux personnages (la question du leadership du groupe reposée de manière cyclique), soit parce qu’ils en sont témoins (et refusent parfois d’agir pour ne pas se trahir et s’exposer), soit enfin parce qu’ils en constatent le résultat (comme de visiter une maison dans laquelle tous les membres se sont suicidés pour ne pas tomber dans la folie).

Image

L’un des points les plus réussis de TWD, c’est le soin apporté à l’évolution psychologique des personnages, qui oscillent entre assurance, désespoir, méfiance, amour inattendu… Les personnages se cramponnent les uns aux autres, doivent composer avec des émotions fortes qui parfois les poussent à la folie. Mettez un être humain dans des conditions extrêmes et il se révèlera. Ainsi Rick, mais aussi la reine du sabre et ex-avocate Michonne, la réceptionniste/vendeuse Andréa qui devient tireuse d’élite, l’ancien prof de gym à la solde du grand méchant Gouvernor, Douglas, l’ancien élu démocrate devenu un sage qui doute… Tous n’auraient sans doute pas imaginé leur devenir quelques mois auparavant…

En même temps que le dessin de Charlie Adlard prend de l’épaisseur, s’aiguise, que ses encrages gagnent en densité, que son trait devient de plus en plus réaliste, les personnages gagnent en subtilité, la variété de leurs expressions et de leurs pauses permet une expressivité élargie. Au bout de 76 épisodes en date aux USA, le personnage de Rick est passé par tous les stades physiques, a perdu pied plusieurs fois et n’est pas le mieux placé pour guider l’humanité clodiquante vers un avenir meilleur, loin s’en faut. Si très vite dans l’histoire il nous révèle que les “Walking Dead“, les Morts qui marchent, ce ne sont pas les milliers de zombies qu’ils doivent décérébrer, mais eux-mêmes, morts en sursis, nomades par la force des choses, réduits à espérer que le jour suivant ils ne seront pas au menu de leurs funestes voisins, il met longtemps à formuler que le monstre le plus dangereux de l’histoire c’est lui-même, et qu’en donnant une arme à son fils il le positionne sur la même voie que lui. Manchot, couturé de partout, amoindri physiquement, Rick donne une pâle copie du héros américain self-made-man qui pullule dans les films d’action depuis 30 ans. A oser un parallèle, il peut faire penser au Jack Sheperd de Lost, qui de leader se met à douter puis à être tourmenté par l’accumulation des épreuves… Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il y a là une mutation du héros classique américain, mais il y a sans conteste une voie intéressante à explorer pour les scénaristes de BD et de séries télé.

L‘absence de Dieu

Finalement, le point le plus surprenant de TWD, c’est la quasi absence dans l’histoire de marques religieuses, de délires mystiques où des imams improvisés, des rabbins hallucinés ou des prêtres défoncés se mettraient à battre le rappel et à dresser les humains les uns contre les autres au nom, selon leurs intérêts propres, de la punition divine affligée aux infidèles, c’est-à-dire tout le monde sauf eux. Il faut attendre le 61ème épisode pour voir débarquer un pasteur complètement dépassé par les évènements, et qui le restera jusqu’aux épisodes les plus récents. Rick et ses survivants ne se réclament d’aucune église, ne tentent de survivre au nom d’aucune Croisade, communautaire ou personnelle, ne tentent pas de rallier d’autres à une quelconque cause idéologique, politique ou religieuse.

De la même manière, personne ne fait de supposition approfondie ou ne s’accroche sur l’idée par exemple qu’ils sont en enfer et que le malin aurait décidé d’étendre son pré carré à l’Amérique, de transformer les morts en serviles marionnettes et de les dresser à bouffer tout ce qui vit et se meut sur deux pattes ou plus. Les américains de TWD n’ont pas à proprement perdu la foi, ils donnent le plus souvent l’impression qu’ils ne l’ont jamais eue, la nuance est très importante. C’est peut-être une étape à venir, l’avènement d’une communauté qui se raccroche à un Messie, un Dieu rédempteur, un veau d’or ou un totem quelconque ? Quand le Gouvernor tente de distraire ses ouailles, il leur offre les jeux du cirque en guise de spectacle qui ne remplace pas la messe, mais la télévision. Dans les chapitres plus récents, la communauté de Douglas, sise à Washington, accepte le pasteur pour sa fonction mais non pour sa place dans la société -ainsi chaque membre de la communauté se voit attribuer un métier, un rôle (charpentier, médecin, maîtresse d’école, officier de paix…) et le pasteur se voit reprendre son sacerdoce car c’est sans doute là qu’il sera le plus efficace. Chaque chose à sa place en somme - on imagine bien que ce ne sera pas tenable à moyen terme, mais ça, c’est ce que vont nous raconter les auteurs dans le futur !

Pour l’actualité, donc, La parution de The Walking Dead en France a rattrapé l’américaine, qui propose sauf erreur de ma part un nouveau chapitre tous les mois. 76 ont ainsi été déjà publiés et la suite très prochainement. Ce sont les éditions Delcourt qui proposent, en 12 épais volumes, la version française. Et comme je vous aime bien, voici, en cliquant sur le lien ci-dessous, le tout premier chapitre en anglais disponible légalement en ligne sur le site d’Image Comics, l’éditeur originel. Merci qui ?

Image

Note : Cette petite analyse est tout sauf exhaustive, il y aurait encore beaucoup à dire sur TWD, ne vous privez pas en commentaires (sans faire trop long, sinon on risque de vous zapper…) !

Sébastien NAECO
Image

Avatar de l’utilisateur
Gilou_senior
Messages : 1866
Inscription : jeu. 31 juil. 2008 17:40
Localisation : Besac/Montbéliard/Ecosse
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Gilou_senior » mar. 5 oct. 2010 00:21

Oh pitin je viens de tomber sur ça! Un m@d/Générique créé par un fan de walking dead pour la sortie de la série télévisée.
Simplement énorme! ENORME vous dis-je!!
Image

Avatar de l’utilisateur
Neb
Membre AMV-France
Messages : 9282
Inscription : mer. 14 mai 2008 07:45
Localisation : Région lyonnaise.
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Neb » mar. 5 oct. 2010 00:54

Snowcrash a écrit :Et voilà donc le trailer de la série qui va sortir sur la chaine AMC.


Ca me fait penser tout se suite à "JE SUIS UNE LEGENDE" avec Will smith ...
Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Snowcrash
Messages : 4272
Inscription : lun. 7 juil. 2008 13:32
Localisation : Dans la campagne jurassienne, mon gars !
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Snowcrash » mar. 5 oct. 2010 08:05

haha, sauf que Je suis une légende est pourrie :o (comparé à ce chef d'oeuvre qu'est Walking Dead).
Après la série télé fera peut-être un flop >_>

Gilou --> :3
Des Mad sur du comic, enfin !

PS: Gilou, on doit être les deux seuls clampins du fofo à fréquenter ce thread :lol: (ah si y a Moc aussi)
Image

Avatar de l’utilisateur
Gilou_senior
Messages : 1866
Inscription : jeu. 31 juil. 2008 17:40
Localisation : Besac/Montbéliard/Ecosse
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Gilou_senior » mar. 5 oct. 2010 11:29

Snowcrash a écrit :PS: Gilou, on doit être les deux seuls clampins du fofo à fréquenter ce thread :lol: (ah si y a Moc aussi)

Oué mais y poste pas! Y compte pas!
Image

Avatar de l’utilisateur
Otak
Membre AMV-France
Messages : 3268
Inscription : mar. 1 avr. 2008 00:43
Localisation : Nantes
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Otak » mar. 5 oct. 2010 17:35

je poste pas mais je lis, je rappelle que j'ai le tome 1 chez moi :p
Image
Image
Image Image

Avatar de l’utilisateur
Gilou_senior
Messages : 1866
Inscription : jeu. 31 juil. 2008 17:40
Localisation : Besac/Montbéliard/Ecosse
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Gilou_senior » mar. 5 oct. 2010 22:05

Otak a écrit :je poste pas mais je lis, je rappelle que j'ai le tome 1 chez moi :p

Pour prouver que t'es un vrai fan faut les 11 suivant et te couper une main! Comme moi!!
Image

Avatar de l’utilisateur
Kyuusei
Messages : 78
Inscription : lun. 25 août 2008 19:07

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Kyuusei » mer. 6 oct. 2010 00:54

Ui ui je suis ça depuis le trailer :p
"I want 100 scalps and I'll have my scalps !"
Image

Avatar de l’utilisateur
Snowcrash
Messages : 4272
Inscription : lun. 7 juil. 2008 13:32
Localisation : Dans la campagne jurassienne, mon gars !
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Snowcrash » mer. 6 oct. 2010 17:33

Gilou (et les autres) matte ce que j'ai trouvé !

Le premier chapitre de Walking Dead en "motion comic". Apparement ça a été fait aux alentour du 20 juillet, c'est animé par juicefilm qui avait déjà fait le Motion comic de Watchmen.
Je donne le lien du site AMC, mais vu qu'on vit en France on a pas accès à la vidéo ^^ donc je met un lien youtube.

Image

Avatar de l’utilisateur
Gilou_senior
Messages : 1866
Inscription : jeu. 31 juil. 2008 17:40
Localisation : Besac/Montbéliard/Ecosse
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Gilou_senior » ven. 8 oct. 2010 15:47

hey ca envoie pas mal!!
Mais bon 8 minutes de video pour ce premier chapitre ca fait long je trouve.
Image

Avatar de l’utilisateur
MoC
Messages : 563
Inscription : jeu. 1 mai 2008 12:29
Localisation : Nantes
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar MoC » lun. 1 nov. 2010 12:11

gogogo le 1er épisode de walking dead est sorti !!!
Image

Avatar de l’utilisateur
Gilou_senior
Messages : 1866
Inscription : jeu. 31 juil. 2008 17:40
Localisation : Besac/Montbéliard/Ecosse
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Gilou_senior » lun. 1 nov. 2010 18:10

MoC a écrit :gogogo le 1er épisode de walking dead est sorti !!!

Hmm, moi qui me demandais quoi faire ce soir!
Image

Avatar de l’utilisateur
Snowcrash
Messages : 4272
Inscription : lun. 7 juil. 2008 13:32
Localisation : Dans la campagne jurassienne, mon gars !
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Snowcrash » mer. 3 nov. 2010 19:00

Bon ayé vu le premier épisode.

Bon mon impression générale : un épisode fidèle au comic (avec des ajouts et modifications intéressantes) mais quand même assez poussif.

Le pilote dure 1 heure et 6 min. Ils auraient pu raccourcir. Le début est assez lent et le dialogue entre Rick et son collègue assez lourdingue. Disons qu'il prend trop son temps pour poser l'ambiance. Ca manque un peu de rythme. C'est le coté négatif de l'épisode.

Sinon en vrac :
- le maquillage des "walkers" (zombies) est excellent.
- les effets spéciaux très corrects.
- le côté gore assumé (sans aller dans le graphique à la Hostel par exemple, c'est pas un film d'horreur trash hein, ça doit toucher un certain public).
D'ailleurs la séquence d'ouverture annonce la couleur:
Spoil : Afficher
Oh tiens une gamine zombie de 10 ans qui se prend une balle en plein tête par Rick. Oui car les scénaristes ont des couilles. Pas mal pour une série "grand public".

- mention spéciale à la séquence de l'hopital (très bien foutue j'ai trouvé en terme d'ambiance) et celle du tank + cheval \o/ (ce travelling arrière énorme :clapping: )
- le jeu des acteurs est plutôt pas mal (mis à part la scène ou Rick chiale :/), les acteurs bien choisis (?), perso j'ai pas été choqué par rapport à la bd même si ils sont carrément plus charismatiques dans la BD (mais j'attend la suite).
- le premier épisode couvre la première moitié du 1er volume, vu que la saison 1 fera que 6 épisodes (la chaine a voulu tester sa série à mon avis). on aura droit aux 3 premiers volumes (les moins bien en gros). Car les gros gros moments du premier arc (si je puis dire) arrivent avec THE GOUVERNOR (Rhaaaa mais lui c'est mon préféré.
- Mais vu l'excellente audience du pilote (plus de 5.3 millions de téléspectateurs), The Walking Dead casse carrément la baraque pour un premier épisode de série. C'est le record pour la saison. Bon on peut s'attendre à une chute d'audience la semaine prochaine. En tout cas, je pense qu'il y aura pas trop de souci à se faire pour une saison 2.
- ah sinon, ça manque de cliffhangers contrairement aux autres séries américaines j'ai trouvé. Ou bien c'est parce que je connais la BD.
- à noter que l'auteur de la BD bosse en tant que scénariste sur la série (donc c'est entre de bonnes mains :))

Bref comme je dis c'est un bon premier épisode (mais pas énormissime) mais j'attend de voir toute la série pour mon prononcer définitivement.
Image

Avatar de l’utilisateur
Gilou_senior
Messages : 1866
Inscription : jeu. 31 juil. 2008 17:40
Localisation : Besac/Montbéliard/Ecosse
Contact :

Re: [Serie + comic] The walking Dead

Messagepar Gilou_senior » mar. 9 nov. 2010 22:34

Sur le premier épisode j'ai pensé comme Snow! Seule déception de l'adaptation: La lenteur de la mise en scène.
Mais quand on pense qu'ils arrivent a la moitié du tome 1 en un episode, ca fait pour l'instant que 4 saisons de 6 episodes (avec 12 tomes sortis) donc bon...après avoir vu le premier et connaissant les producteurs américains et leur amours des looooongues séries qu'on tire sur le fil jusqu'a ce qui ait plus rien qui sorte.

Vu le deuxieme episode!
Et là y a quelques changements par rapport à la BD.
Balise spoil time!
Spoil : Afficher
Rick rencontre bien Glenn à Atlanta, mais en plus d'un piti groupe de survivant, dont andréa! Ca se la donne dans ce groupe, avec un facho! Donc c'est encore comme dans la BD une partie du groupe de Shane et Lori qui s'est séparé pour chercher des provisons. J'ai bien aimé ce principe, car ca permet déjà de voir un humain qui a pété les plombs, l'abandon pour la survie, et Rick qui fait déjà connaissance avec Andréa.
Après, bien sur, y a la scène choc de l'épisode ou on les voit découper un cadavre pour se tartiner d'intestins et se faire des colliers en pieds et en mains^^ (qui n'est pas dans la BD)
Alors c'est clair que graphiquement, la série ose! Mais j'ai vraiment trouvé ça malapproprié, pour en arriver a des extrêmes pareils le Comic met 11 tomes! Ici rick à déjà l'air d'être completement taré! Alors que son fondage de plomb ne surviens qu'au tome 4! (Franchement, le "I NEED MORE GUTS" après le tome 4 ça aurait été une réplique culte, mais la je trouve ça moyen...) Tout le début il reste quelqu'un d'extrêmement moral! Et du coup j'ai trouvé que ça plombait vraiment toute la psychologie du personnage.
Par contre plus grosse déception, à la fin de l'épisode, on s'apercoit qu'il s'est rien passé^^ Ils fuient d'atlanta, ce qui prends dans la BD 5 pages grosso modo...
Mais bon, j'aime toujours bien cette adaptation. Mais sérieux, ils auraient largement pu adapter 1 tome par episode voir 2 episodes et ca aurait pu donné la most epic série of all time!! XD
Mais bon, lois du marketing oblige!
Image


Revenir vers « Culture Générale »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités